| | |

L’ACV à Sally Ann et à la ville : Arrêtez d’exclure notre communauté

La Ville et l’Armée du Salut tentent d’étouffer la voix de Vanier, UNE NOUVELLE FOIS, en mettant fin aux travaux du Comité consultatif sur le plan d’implantation et en allant de l’avant pour faire approuver leur plan d’implantation le 12 mai. Vous trouverez ci-dessous le mémo au conseil que nous avons reçu cette semaine (en Anglais seulement), et let texte de notre lettre, envoyée ce matin, exprimant notre indignation au nom de notre communauté.

Salvation-Army-Site-Plan-Review-Program-Advisory-Committee-Update_April-13_-EN

A : Steve Willis, directeur général de la planification, des infrastructures et du développement économique.

Marc Provost, Directeur exécutif, Armée du Salut.

Cc : Conseiller Fleury, Conseiller municipal du quartier 12.

Re : Comité consultatif avec l’Armée du Salut.

Cher M. Willis, cher M. Provost,

En tant que président de l’Association communautaire de Vanier représentant la communauté de Vanier, je vous écris cette lettre pour vous faire part de notre grande déception à l’égard du processus du Comité consultatif. Notre communauté se sent totalement ignorée et incomprise à plusieurs niveaux.

Il est essentiel de souligner que, comme le personnel du service de l’urbanisme l’a constamment fait remarquer, bon nombre des membres du comité sont des bénévoles. En tant que telle, notre communauté a contribué à travailler de bonne foi avec la ville et l’Armée du Salut. Un tel engagement bénévole doit être valorisé et respecté, pas seulement par des mots, mais par un processus équitable et délibératif. L’intention du Conseil était explicitement d’essayer d’arranger quelque chose qui semblait si mauvais, en menant activement et efficacement un dialogue avec la communauté. Et pourtant, après cinq réunions, des heures et des années de persévérance à dire que les choses doivent être bien faites, et nous le répétons, les questions qui nous aideraient à comprendre le projet et à formuler des recommandations/commentaires sont restées sans réponse. À l’heure actuelle, nous ne savons toujours pas où le projet se dirige en ce qui concerne la programmation au-delà de l’hébergement d’urgence et d’autres abris à court terme, nous ne savons toujours pas comment notre travail avec le comité consultatif a influencé le processus, et la relation avec la communauté ne s’améliore pas. 

Malgré les indications de soutien de la Ville pour le logement avec services de soutien proposé, l’immeuble d’appartements proposé ne prévoit pas de séparer les locataires des clients des refuges d’urgence et des autres refuges, et la PCAM n’identifie ni n’aborde les mesures pour un tel immeuble, sa conception en tant qu’immeuble d’appartements séparé, y compris les espaces d’agrément pour les locataires, ni pour la protection des droits des locataires en vertu de la législation provinciale.  Aucun effort n’a été fait pour décrire comment la programmation dans l’immeuble de logements supervisés serait mise en œuvre malgré les différents soutiens nécessaires. 

Dans votre déclaration, vous avez partagé que « les discussions au cours de cette période ont conduit à plusieurs modifications du plan du site ». Rien ne prouve que l’Armée du Salut ait intégré les commentaires de la communauté dans sa nouvelle soumission. L’Armée du Salut a déclaré séparément à l’EVC que la clientèle du refuge d’urgence dépendait entièrement de la direction de la Ville, mais aucun changement n’a été apporté pour répondre au besoin soulevé par le personnel de la Ville d’un refuge d’urgence pour les familles afin de remplacer ce que la Ville exploite actuellement dans le motel existant sur la propriété et à proximité dans un autre motel de Vanier. 

L’absence de progrès dans la discussion de la programmation a fait que les commentaires détaillés de l’ACV  sur le plan d’implantation étaient prématurés étant donné l’absence des fonctionnalités et des besoins opérationnels du projet. Le rapport de l’UDRP n’a été publié que récemment. 

L’ACV a non seulement demandé que le système mette en place un système de suivi pour démontrer comment les commentaires de la communauté alimentaient la soumission de l’Armée du Salut, mais l’EVC a souligné à plusieurs reprises que l’Armée du Salut n’a jamais démontré très clairement comment les commentaires de la communauté étaient intégrés dans la proposition. Après la première et la deuxième réunion, nous n’avons jamais vu les plans et les changements proposés. De plus, vous indiquez dans le même paragraphe que la discussion détaillée avec le comité s’est avérée difficile. Il incombe à la Ville et à l’Armée du Salut d’établir et de favoriser un environnement délibératif propice à un dialogue constructif. Soyons clairs : les changements énumérés ne sont pas le fruit d’une contribution ou d’une attention quelconque au rôle du comité consultatif, mais plutôt de ce que l’Armée du Salut nous a imposé. Dans cette mesure, votre déclaration admet que le comité consultatif n’a pas rempli son rôle.

Nous tenons à souligner une fois de plus nos préoccupations, qui restent sans réponse. Dans une lettre datée du 29 mars, la Coalition autochtone d’Ottawa a écrit en réponse au projet de l’Armée du Salut : » À notre avis, le rôle de » conseiller en programmation » reste indéfini et non résolu. Nous ne sommes pas parvenus à un consensus sur l’aspect consultatif et sur la façon dont il s’inscrit dans le processus décisionnel lié au projet. » L’Association communautaire Vanier appuie cette déclaration et jusqu’à aujourd’hui, cette question n’a pas été abordée. De plus, la lettre de la SAO soulevait des questions et des préoccupations précises concernant l’Armée du Salut, notamment la portée et l’ampleur du projet, les relations entre l’Armée du Salut et la communauté autochtone, la clientèle, le modèle d’entreprise, les ressources ainsi que les relations avec les organismes de services autochtones situés à Vanier. Là encore, aucune réponse adéquate n’a été donnée par l’Armée du Salut. L’ambivalence apparente du personnel de la ville face à ces circonstances contraste fortement avec l’importante réalisation faite récemment par le Conseil pour faire avancer la réconciliation avec la Première Nation Anishinaabe. 

Vanier est une communauté incroyablement éclectique avec une surconcentration de services sociaux. Vous ne connaissez peut-être pas les tenants et les aboutissants de notre foyer, alors encore une fois, nous vous ferons part de nos préoccupations. Certaines organisations offrent déjà des services tels que des banques alimentaires, des camps scolaires, des services familiaux que vous avez indiqué que l’Armée du Salut apportera sur place. 

Par exemple : 

Le Centre de services communautaires Vanier offre : La suite de services d’Emploi Ontario, des services à la famille Early-on, des programmes pour les jeunes. des services juridiques communautaires, le CSC Vanier (Partage Vanier) Action Logement/Aide au logement offre un soutien aux personnes qui cherchent un logement ou qui sont aux prises avec des problèmes de logement.  les personnes qui cherchent un logement ou qui sont confrontées à des difficultés liées aux conditions de logement. EBO offre des conseils financiers et des conseils sur le budget.

Le Centre de santé communautaire Wabano, le Centre Inuuqatigiit et la Clinique de santé inuite Akausivik offrent une gamme de services.  Akausivik offrent une gamme de services, y compris des services familiaux et des services de santé communautaire pour les résidents autochtones. services de santé communautaire à l’intention des résidents autochtones. De nombreux organismes offrent des services alimentaires : Partage Vanier. Wabano. Jardins communautaires et services alimentaires spécialisés pour les personnes âgées. Centre de ressources familiales inuit Tungasuvvingat. Des écoles locales. Les programmes ACT de Montfort Renaissance, de l’ACSM et de l’Hôpital Montfort offrent des compétences de vie, des services de toxicomanie et de santé mentale. La Maison Marie-Louise, certaines paroisses et groupes confessionnels, ainsi que le CSC Vanier offrent  des services de soutien et d’établissement aux nouveaux immigrants et aux réfugiés. De nombreuses organisations comme CAP offrent des services de santé mentale et de toxicomanie. Une analyse des services sociaux existants offerts à Vanier devrait être effectuée. Nous disposons une brochure qui est à la disposition de tous sur le site web de Together for Vanier.

Néanmoins, Vanier n’a jamais eu besoin de plus de services identiques. Nous demandons à nouveau – Comment Comment l’Armée du Salut aborde-t-elle le risque de duplication et de confusion dans la navigation des services ? l’Armée du Salut ? Comment la Ville et l’Armée du Salut s’assurent-elles qu’elles n’entrent pas en concurrence concurrence avec des organisations bien établies et ne risquent pas de perdre leur financement parce que les bailleurs de fonds perçoivent que les services de l’Armée du Salut ne sont pas les mêmes. perçoivent que les services de l’Armée du Salut sont offerts à la population générale. Quels sont les l’Armée du Salut prévoit-elle d’indemniser ces organismes de longue date ? En outre, quelles mesures sont-elles en place pour soutenir les organismes qui risquent de dépasser leurs

dépassées par l’accès des résidents du refuge aux ressources limitées existantes ? Ces questions qui ont été posées au comité consultatif peuvent-elles recevoir une réponse. Il est remarquable que l’Armée du Salut n’a pas entrepris de consultations sérieuses avec tous ces fournisseurs de services. Le plan que vous présentez n’aborde pas cette question. 

Nous ne pouvons pas attendre cinq à sept ans pour obtenir cette réponse alors que la forme et les besoins de notre ville et, plus particulièrement, de notre communauté ont changé une fois de plus. Ces questions auraient dû trouver une réponse lors du comité consultatif. Une fois de plus, cela prouve que le Comité consultatif a été propice au dialogue et à la fourniture de réponses/recommandations sur des questions urgentes.

  En outre, si la réponse est que vous planifiez pour l’avenir – comment pouvez-vous ? Comment pouvez-vous faire avancer un plan sans avoir la fin en tête ? Que sait l’Armée du Salut que ce groupe – qui vit dans cette communauté aujourd’hui – ne sait pas ? Et pourquoi est-il acceptable que vous, ou toute autre personne qui ne vit pas ici, pensiez pouvoir prendre une décision en connaissance de cause et attendre de nous que nous vivions avec les conséquences ?

 De nombreux membres du comité ont fait référence à la citation du Ottawa Citizen, dans lequel le directeur général de l’Armée du Salut, Marc Provost, reconnaissait que le projet « …prendrait du temps… ». prendrait le temps qu’il faut » – ce point n’a toujours pas été abordé. Nous ne comprenons toujours pas Nous ne comprenons pas pourquoi M. Provost a dit cela, mais ne l’a pas confirmé. 

 L’Association communautaire Vanier n’est pas un groupe qui s’est engagé à conseiller pendant d’innombrables années une organisation qui n’écoute pas. conseiller une organisation qui n’écoute pas ou ne répond pas à des questions simples, mais importantes qui sont essentielles pour fournir un feedback significatif. Nous avons participé de bonne foi, mais la responsabilité de construire une relation avec la communauté, reste uniquement entre les entre les mains de l’Armée du Salut et, étant donné les implications financières potentielles, entre celles du personnel de la ville.

 Ce groupe de parties prenantes reste fermement convaincu que la programmation informe la conception et que cette étape est indispensable avant de soumettre un projet. que cette étape est indispensable avant de soumettre un plan d’implantation à l’examen. Construire un bâtiment est une une chose, mais l’aménagement et l’utilisation de l’espace en sont une autre. De la même manière que s’installer dans une communauté est une chose, mais investir dans une relation avec ses résidents en est une autre. Le site recommandation du personnel du comité consultatif n’aurait pas dû être révoquée aussi tôt sans l’accord des conseillers nommés au Comité, et nous vous demandons de reconsidérer Nous vous demandons de reconsidérer votre décision, car ce groupe reste incroyablement préoccupé par le fait que les questions que nous vous avons posées lors des cinq réunions restent sans réponse.

Cordialement,

Lauren Touchant

Présidente

Association communautaire de Vanier.

[Traduit avec l’aide de d’intelligence artificielle].